07 Oct

Le populisme larvé des salaires exhibés

J’apprécie énormément le blog de Piques et Répliques. Dani fait un travail remarquable de relevé des problèmes, mais aussi des points forts de la presse contemporaine. Il tombe sur le râble des journaux gratuits assez souvent, mais l’attaque n’est jamais gratuite, elle. Elle est au contraire religieusement documentée, décrite. Comment parle-t-on de la Finlande dans un journal gratuit? Il trie deux ans d’articles sur le sujet et en sort les éléments pertinents. De quoi parle-t-on dans la rubrique Economie ? Il récolte les titres sur deux semaines et nous laisse juger. A l’inverse de bien des intellectuels ou autres experts qui livrent des analyses très générales fondées sur des impressions – travers dans lequel je suis parfois tombé, souvent sous pression des médias – Dani commence par décrire en toute impartialité, par mettre les faits sur la table.

Dans son dernier billet, celui sur la rubrique Economie, il a relevé des titres tous intéressants  à divers titres (aucun par exemple qui expliquerait par le menu les enjeux et les causes de la crise boursière), mais certains montrent des récurrences étonnantes. Je cite:

– En une année, Bill Gates a perdu 6,3 milliards (Bill Gates chantant avec une guitare)

– Daniel Vasella gagne 82111 francs par jour ! (3 patrons souriants)

– Grâce à Titeuf, Zep s’est offert une propriété de 13, 2 millions de francs au coeur de Genève (La propriété)

– Combien gagne Bertrand Delanoë (Photo de l’intéressé)

– En 2007, leurs parfums ont rapporté 600’000 francs par jour aux Beckham (Les époux Beckham)

– Les patrons des sociétés de la Bourse suisse gagnent en moyenne 25’750 francs par jour

Nous avons donc 6 titres sur 14 jours qui portent sur les salaires ou la fortune des stars ou des patrons. Cette fréquence me semble si élevée qu’il peut difficilement s’agir de coïncidences. C’est donc que le sujet est considéré comme interpellant – ce qui est d’autant plus remarquable que la Suisse est connue pour le tabou sur l’argent. Demandez à votre voisin le salaire qu’il a et il y a de fortes chances qu’il vous regarde de travers. A part Gates qui voit sa fortune s’effondrer, il s’agit plutôt de donner le tournis avec des chiffres qui sont très souvent présentés en termes journaliers. A quoi cela sert? A qui profite l’exhibition de tels chiffres?

Je tente une explication. Même si c’est de l’information, c’est surtout de l’émotion. L’émotion de celui qui gagne des milliers de fois moins par jour et qui trouve scandaleux de tels salaires. Et, en effet, de tels salaires sont tellement disproportionnés que c’est un scandale (je mets de côté Zep et Beckham qui ont trouvé un filon juteux – la perspective est un poil différente). Mais un scandale largement connu et documenté – cela fait combien d’années que l’on parle du salaire de Vasella? Alimenter ce scandale en donnant jour après jour qui gagne combien peut être considéré comme une forme de populisme larvé.

En effet, l’une des caractéristiques du populisme est de jouer à fond la carte de la valorisation de la Suisse (France, etc.) du bas contre la Suisse du haut. Les élites politiques sont tous des pourris, les riches tous des salauds etc. En excitant à la fois l’envie et la haine par rapport à des gens qui ont des revenus inaccessibles à la plupart des mortels, en exhibant la largeur du fossé financier qui nous sépare de ces quelques happy few, on crée un terreau favorable au populisme crasse.

Ce n’est pas que je soupçonne la presse gratuite et/ou populaire de consciemment servir les intérêts de l’UDC, mais c’est un effet collatéral d’une presse centrée sur le lecteur et ses émotions qu’on entretient savamment. A partir du moment où la presse gratuite sert un journalisme de communauté (Gemeinschaft) – la communauté de la Suisse d’en bas – et non un journalisme de société (Gesellshaft) capable d’appréhender les problèmes des salaires astronomiques, on ne fait que rendre plus aiguë ce qu’on a appelé la fracture sociale au lieu de chercher à la résorber.

Crédit photo: le matin.ch

PS. Voilà deux commentaires assez significatifs sur le site du Matin évoquant les hauts salaires :

Ca fait mal. C’est le cas dans mon entreprise. Nous n’avons plus eu de prime depuis plus d’un an mais sur le parking de la direction, les nouvelles berlines allemandes brillent… C’est vraiment injuste.

Vivement la votation !!! J’espère que le peuple votera dans le bon sens afin que ce « vol autorisé » du capital des entreprises cesse. Rien ne justifie de tel rémunération, Même aux usa ou en grande-bretagne les CEO gagnent nettement moins.

Dernière mise à jour

#1 on 2008-Oct-07 mar  10:08+0

#2 on 2008-Oct-07 mar  10:19+0

FacebookTwitterGoogle+LinkedInEmailPrintPartager