01 Sep

Etudes sur la presse gratuite

La presse gratuite n’est pas une évolution de la presse quotidienne, mais bien une révolution. Dans le sens où le mur entre publicité et rédaction est poreux sinon brisé, où le journal n’est plus un instrument civique ou démocratique, mais un produit et, de manière corollaire, le lecteur, un client. L’image, mais plus encore, la fonction du journalisme dans une société démocratique est changée. Est-ce à craindre ou à louer? Ce que l’on perd – de la substance, un rôle de chien de garde – me semble plus important que ce que l’on gagne – des journaux plus attractifs, plus vite lus, plus jeunes et plus émotionnels, capables d’occuper le temps dans les trains. Encore est-il possible de compenser – par exemple en étant double lecteur. Qu’on aime et qu’on n’aime pas, ce type récent de presse secoue le cocotier et nous oblige à réfléchir ou à réagir. Avec une équipe d’étudiants, nous avons pris le temps d’y réfléchir et de proposer un première série d’études sur le cas romand. C’est à lire ici.

L’émission Médialogues (RSR), s’est penchée sur ces travaux mercredi 3 septembre 2008. Le podcast de l’émission est téléchargeable ici.

Dernière mise à jour

#1 on 2008-Sep-01 lun  09:36+0

#2 on 2008-Sep-01 lun  09:12+0

#3 on 2008-Sep-01 lun  09:53+0

#4 on 2008-Sep-03 mer  09:21+0

#5 on 2008-Sep-03 mer  09:35+0

#6 on 2008-Sep-03 mer  09:06+0

FacebookTwitterGoogle+LinkedInEmailPrintPartager