26 Oct

La fin des sophismes ?

Douglas Walton avec Chris Reed et Fabrizio Macagno viennent de sortir une espèce de bible des schèmes argumentatifs (65 schèmes décrits…). Cette vieille question de la typologie des arguments retrouve toute sa vigueur après le classement par Perelman en 1958 qui est sans cesse cité mais au fond assez rarement utilisé. Dans ce nouveau livre de Walton – qui consacre quasiment un livre par raisonnement douteux (paralogisme, sophisme, fallacies) – les premières pages frappent par une phrase qui serait une révolution copernicienne dans la pensée de l’argumentation vue par Walton. Je la cite en anglais car je ne suis pas certain de ma traduction:

The special advantage of the present book is that it builds on this previous research on fallacies, moving through the paradigm shift to the new idea of coping with the revolutionary notion that such « fallacies » are no longer fallacies.

Ma traduction:

L’avantage particulier de cet ouvrage est qu’il se construit à partir des anciennes recherches sur les sophismes en opérant un changement de paradigme pour une nouvelle idée; adopter la notion révolutionnaire que de tels sopismes ne sont dorénavant plus des sophismes.

Alors que la logique informelle ne jurait que par les sophismes – malgré l’approche nuancée de certains (Groarke et Tindale dans « Good Reasoning Matters ») -, ce serait en effet un brusque et bienvenu changement de paradigme dans la très normative – et un brin utopique – logique informelle. Mon angoisse est la suivante: ma traduction est-elle la bonne ? Si une bonne âme veut bien me confirmer cela en commentaire… Si une autre bonne âme vouliat bien m’expliquer les raisons de ce revirment,je serais preneur. Les auteurs d’Argumentation Schemes, ne semblent –  d’après ce que j’ai lu – pas très diserts sur cette idée révoltionnaire…

Dernière mise à jour

#1 on 2008-Oct-26 dim  10:07+0

FacebookTwitterGoogle+LinkedInEmailPrintPartager