14 Mai

Post hoc ergo propter hoc

Temporalité et causalité sont proches voisins. L’effet de quelque chose ne peut avoir d’existence qu’après une cause. Mais le langage est trompeur. Lorsque l’on dit: « le directeur a démissionné à la suite de cette affaire », personne ne va imaginer que la relation entre l’affaire et la démission est purement temporelle. L’affaire est donc la cause de la démission, même si formellement le langage ne présente qu’une succession d’événements. Quantité d’expressions temporelles peuvent ainsi être considérées comme des vecteurs de causalité. « Le cataclysme est survenu après le passage de la comète de Halley » ne signifie pas une simple relation descriptive et temporelle, même si le locuteur peut toujours se dédouaner de toute intention causale. Ce rapprochement entre temporalité et causalité est source d’erreurs de raisonnement d’autant plus possibles qu’elles sont naturelles. Mais si B suit A, B n’est pas forcément la conséquence de A. On appelle ce raisonnement trop rapide du joli nom latin « post hoc ergo propter hoc » – « après cela donc à cause de cela ». Exemple:

Claude-Inga Barbey et la RSR, c’est fini. La comédienne, célèbre pour avoir lancé «Bergamote», en 1996, sur les ondes de la radio, a donné son sac. «La direction de la RSR m’a annoncé la déprogrammation de ma fiction dominicale, «Betty». Elle a pris cette décision quelques jours après la diffusion d’une chronique sur le site Les quotidiennes dans laquelle je dénonçais sa gestion de la crise des fichiers pédophiles. J’ai le sentiment de payer pour ce que j’ai dit. Je ne veux plus travailler pour cette maison». (Le Matin, 5 mai 2008 )

Dans le cas présent, on peut soupçonner un « post hoc ». La direction concernée affirme qu’il n y ‘a aucun lien entre la chronique de la comédienne et la déprogrammation de son émission. Volonté de se dédouaner du lien imputé? On peut estimer que le chamboulement des programmes en juin, liés à l’Euro 2008 en Suisse ainsi qu’à des votations, sont des motifs suffisamment plus crédibles pour expliquer une déprogrammation. Mais on ne peut occulter le fait qu’il y a parfois des hasards heureux.

Dernière mise à jour

#1 on 2008-Mai-14 mer  05:15+0

#2 on 2008-Août-14 jeu  08:24+0

#3 on 2008-Août-14 jeu  08:37+0

FacebookTwitterGoogle+LinkedInEmailPrintPartager