07 Août

Rösti Challenge: une habile opération de communication?

Appelé à donner mon avis sur le concours du 1er Août 2017 de l’UDC, appelé Rösti Challenge, je me suis dit que j’allais en profiter pour faire un petit article sur mon site depuis trop longtemps délaissé.

Le Rösti Challenge, c’est cela :

Image de prévisualisation YouTube

Le président du parti populiste suisse, Albert Rösti (un joli aptonyme), se propose donc de relever le défi qui a reçu le plus de votes, histoire de célébrer la Suisse à l’occasion (ou peu après plus exactement la fête nationale du 1er Août). A priori, un type un peu versé en rhétorique comme moi n’a pas grand chose à dire sur le sujet. Mais, en se grattant un peu la soupière, on peut relever quand même trois points.

  1. L’anglicisme « challenge », la vidéo postée sur YouTube et la demande de voter sur une page Facebook sont des clairs renvois à une forme d’intertexte: la liste infinie des challenges sur Internet, dont le fameux Ice Bucket Challenge, qui fait diversement rire, surtout lorsque certains d’entre eux sont susceptibles d’être mortels. Ce qui ne sera pas le cas d’un éventuel planter de drapeau sur le Brienzer Rothorn, bien entendu. Ces défis me semblent avoir moins le vent en poupe, surtout lorsqu’ils sont accompagnés d’un « bad buzz », comme le « blue whale challenge » qui pousserait au suicide. Mais le Rösti Challenge est bien plus innocent et, surtout, ne concerne qu’Albert Rösti. La connotation quelque peu négative du « challenge » s’atténue alors que celle d’une communication jeune et décomplexée – eu égard aux canaux de communication utilisés – reste marquée. Les partis politiques sont de plus en plus malmenés par des formations nouvelles (cf. Italie et France); ils trimbalent une image négative et passéiste. La volonté de l’UDC, qui a subi une série de revers dernièrement, pourrait être de rajeunir l’image du parti, d’augmenter l’effet de club entre amis via Facebook, de rendre moins austère la vision que l’on peut avoir d’un parti et de rapprocher le parti de la base.

    le Rösti Challenge est un peu plus significatif que l'Ice Bucket Challenge...

    Le Rösti Challenge est un peu plus porteur de sens que l’Ice Bucket Challenge…

  2. Drapeau suisse, cor des alpes, montagnes, saucisses à rôtir, Berne, place fédérale, visite du palais fédéral et 1er août: il ne manque que le chocolat et les montres à la liste. Conformément à un parti nationaliste, l’UDC active des éléments symboliques extrêmement nets de l’identité helvétique, avec une tendance à souligner le folklore (saucisse, cor). Pas étonnant donc que les luxueuses montres soient absentes dans cette liste célébrant une dimension populaire. Il est aussi frappant de constater que Rösti souhaite une « excellente patriotique Fête nationale ». Comme si Fête nationale ne suffisait pas. L’ajout de l’adjectif laisse entendre que la Fête nationale n’implique pas forcément le patriotisme et renvoie donc à la célébration de sentiments forts et des traditions ancestrales par l’évocation des symboles forts de la nation. Le côté « international » du « challenge » sur « YouTube » est effacé au profit d’un contenu célébrant la nation helvétique, au centre de ses lieux de pouvoir.

    Switzerland. get natural. Folklore Festival at the Maennlichen in the Bernese Oberland. Alphorn blowers and flag swingers in front of Mt. Jungfrau. Schweiz. ganz natuerlich. Trachtenfest auf dem Maennlichen im Berner Oberland. Alphornblaeser und Fahnenschwinger mit der Jungfrau im Hintergrund. Suisse. tout naturellement. Fete folklorique sur le Maennlichen dans l'Oberland bernois. La Jungfrau est un decor somptueux pour jouer du cor des Alpes et lancer des drapeaux. Copyright by: Switzerland Tourism By-Line: swiss-image.ch / Christof Sonderegger

    Cor des Alpes et drapeau: le recours aux symboles évidents.

  3. Imagine-t-on Marine Le Pen acceptant de jouer de l’accordéon sous la Tour Eiffel à la suite d’un challenge sur Internet? En Suisse, c’est possible, sans doute avec l’idée du parlement de milice, le côté non-professionnel du personnel politique qui supprime une forme de distance entre le pouvoir et le peuple. Il n’en reste pas moins que l’exercice du pouvoir politique, que ce soit en Suisse ou en France, est en principe unidirectionnel : les personnes au pouvoir décident et le peuple suit. Mais le « Rösti Challenge » propose un renversement carnavalesque: le peuple décide et le politicien suit. Rösti accepte donc de se « ridiculiser » (quoique ce soit très relatif dans le cas présent) en obéissant au choix du peuple qui vote. C’est symboliquement assez fort. Mais l’habileté vient de la cohérence idéologique: le défi bon enfant fait résonner l’idée-phare de tout parti populiste: le peuple est souverain, le peuple décide et non le personnel politique au pouvoir.

Que l’on apprécie ou non l’UDC, que ce défi soit perçu comme ridicule ou drôle, le « Rösti Challenge » présente non seulement une forme de cohérence très forte avec la ligne et l’image du parti, mais veut aussi rendre plus séduisant un président de parti encore méconnu et au profil moins marqué que son prédécesseur. A priori, il a peu de chances de séduire à l’extérieur du parti, mais si on le considère comme une forme de communication interne, il peut resserrer les liens au sein du parti en insufflant de l’émotion et de la personnalité.

Dernière mise à jour

#1 on 2017-Août-05 sam  08:31+0

#2 on 2017-Août-05 sam  08:36+0

FacebookTwitterGoogle+LinkedInEmailPrintPartager